LADERNIEREPLUIE

COMPAGNIE DE THEATRE x CREATION x SPECTACLE VIVANT

Compagnie de théâtre
Affiliée à la distillerie [lieu de création artistique - Aubagne]


La compagnie est créée en 2000.
Ne pas proposer une culture "bon marché" ou rendre stérile le geste artistique mais au contraire, essayer de conserver la véritable fonction de l’art : surprendre, faire réagir, questionner...
De ce fait notre "éthique artistique" ne prône pas un théâtre étant uniquement un objet de divertissement.
Elle axe son travail autour de préoccupations qui lui sont proches et contemporaines : être social, humanité, pulsions, corps...
Un travail à la frontière de la danse, oÙ chaque matiere (corps, lumière, parole, musique) a sa place et s’imbrique dans l’acte de création.
Un travail viscéral et organique qui parle de l’etre à l’etre, de corps à corps.

Le corps pour questionner notre rapport au monde.
Notre théâtre veut être un théatre oÙ le corps n’est pas qu’un contenant, mais un lien entre l’acteur et le spectateur. C’est de lui qu’émane la parole. Le corps en présence et au présent est au centre de nos préoccupations artistiques.
Corps cassé, corps mécanique, corps pulsionnel, corps anéanti, corps parlant, corps aliené...
Le théâtre ne peut pas avoir comme unique moyen de communication la parole, le texte.

"Là où le discours en reste aux mots, la parole engage le corps" - (Jacques Lecoq)

L’esthétique de la compagnie peut s’articuler autour de cette phrase.
La recherche artistique que j’effectue me conduit à accorder beaucoup d’importance au regard.
Une image sollicite parfois plus de notre être qu’un discours élitiste.

Le sens des gestes n’est pas donné mais compris, c’est à dire ressaisi par un acte du spectateur. Toute la difficulté est de bien concevoir cet acte et de ne pas le confondre avec de la connaissance. La communication ou la compréhension des gestes s’obtient par la réciprocite de mes intentions et des gestes d’autrui. Tout se passe comme si l’intention d’autrui habitait mon corps ou comme si mes intentions habitaient le sien.
Phénoménologie de la perception - Merleau-Ponty


Notre but n’est pas de marginaliser l’art, d’apporter des solutions mais seulement de s’interroger, sur nous, notre société et notre relation à l’autre.